Actualités

Retour d’expérience n°1 – les recycleurs solidaires

Cette nouvelle rubrique est destinées à donner une idée des actions menées dans le cadre d’Eglise verte et qui peuvent être inspirantes. Nous essayons ici de vous raconter ces actions, mais aussi de vous transmettre quelques clés qui peuvent servir à la reproduire ainsi que le contact d’un responsable.

Les Recycleurs solidaires – Notre Dame d’Espérance (Paris 11e)

 

Engagement local

Tisser des liens avec le quartier par la présence d’Eglise verte à la brocante

Contact : Philippe Saint Macary : philippe.saintmacary@gmail.com

 

Le démarrage

Il a suffi d’un mois pour que l’équipe Eglise verte de la paroisse mobilise la communauté à mettre en place une nouvelle action, “les recycleurs solidaires”. La paroisse s’était engagée dans Eglise verte depuis moins d’un an et l’équipe avait le désir constant d’engagement local, d’être présente dans le quartier, hors des murs paroissiaux.

Le projet a commencé avec un paroissien, Grégoire, qui connaissait une association de commerçants du quartier, à l’initiative d’une brocante de printemps le long de la rue de la Roquette, derrière la place de la Bastille, dans le centre de Paris.

Et si la paroisse participait cette fois ? L’église construite en 1997 est entièrement vitrée, elle se veut de plain pied avec la rue dans une grande ouverture. Cette configuration est idéal pour favoriser le lien grâce à un stand devant le portail aux côtés des stands des habitants ou des commerçants. Ainsi l’idée émise lors d’une réunion Eglise verte a vite fait son chemin et trois volontaires ont pris les choses en main.

 

Le sens de l’action

La volonté du groupe était de ne pas se contenter de “se débarrasser pour faire un peu d’argent” mais de donner au geste des donateurs d’objets et des acheteurs, un sens plus fort. Ainsi est née l’idée de profiter de la brocante pour faire connaître des initiatives associatives bénéficiaires des fonds collectés.

L’autre idée a été d’éviter de vendre des choses laides ou abîmées mais de donner “quelque chose qu’on donnerait à un ami”. C’est ce qui a été annoncé sur la feuille paroissiale, le mail et les annonces de fin de messe.

Concrètement, une personne a fait un grand panneau pour expliquer la démarche et une feuille d’explication sur les 3 associations bénéficiaires, une autre a proposé d’équiper la paroisse d’un barnum en cas de pluie (le curé a validé rapidement l’investissement), une autre a proposé d’informer les responsables de l’accueil pour qu’ils réceptionnent les objets, enfin une petite équipe s’est chargée de ranger et étiqueter les objets récoltés la veille de la brocante.

Et effectivement les deux tables ont été garnies d’un joli service à liqueur, un plateau rutilant, des porte-bébé, des vases, de l’artisanat mexicain… Souvent ces objets avaient une histoire qui a pu être racontée aux acheteurs.

 

Le jour J

Le jour J c’est dès 7 heures du matin que les premiers volontaires se sont présentés pour aménager l’espace.

Mais le but n’est pas tant de “faire un commerce” que de rencontrer les personnes du quartier et de montrer que faire circuler les objets dont nous n’avons plus l’utilité est un geste écologique (ça évite d’en fabriquer de nouveaux en utilisant énergie et matière premières + ça évite des déchets à traiter). 

L’équipe a décidé que ce serait aussi un geste solidaire puisque le produit de la vente irait à trois association au choix : CCFD-terre solidaire ; Carillon (association de commerçants qui offrent des services gratuits aux plus démunis) ; ou Terre de liens (qui aide des agriculteurs à s’installer). Ainsi à chaque achat, on pouvait choisir à laquelle des trois œuvres irait le bénéfice. 

C’est bien ces deux pôles qui constituent l’écologie intégrale au sens de Laudato Si’.

Un bilan a été effectué en équipe, l’ambiance a été excellente, cette action concrète a soudé l’équipe et l’a motivée pour de nouvelles initiatives et de beaux échanges ont eu lieu avec les passants (du quartier ou de passage). 

Le résultat a été remarquable et chaque association a reçu environ 1000 € ! Un reliquat a même permis de contribuer à renflouer Eglise verte (merci !).

Partager ce contenu : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email